Participer à ce concours nous permet de sortir du quotidien

Lundi 18 octobre

Bonjour Matthias !
Tu es l’un des compétiteurs du Carré des Jardiniers 2021, tu es de formation agricole et gérant de ASCO ENVIRONNEMENT à Aubagne, décris-nous ton projet !

Après avoir pris connaissance du thème « Jardin du (bon) vivant », il nous apparaît comme évident de construire ce projet autour de l’élément eau.
Sans eau, il n’y a pas de vie.
Notre projet s‘articule autour d’un ouvrage central qui représente la genèse du jardin.
Cette structure aérienne « capture » l’eau présente sous plusieurs aspects (rosée, buée, eau de pluie, brouillard).
Cette eau récupérée est stockée dans des bassins.
Cet ouvrage hydraulique constitue une large ombrière apportant fraîcheur, accompagnée de plantes aquatiques, supportant des plantes grimpantes, et ajoutant une protection propice au divertissement, au partage, au repos, à la détente.
À partir de là, l’eau se diffuse progressivement dans le jardin et circule par un jeu de fontaines (évolution du jardin avec l’influence de l’eau)
Par son influence, son intensité et son utilisation, l’eau façonne une végétation spécifique en dessinant une succession de jardins.
Plus on s’éloigne de l’ouvrage, plus l’eau devient rare, voire absente sur les limites du jardin.
Ainsi s’élaborent un jardin suspendu, un jardin luxuriant, un jardin nourricier et un jardin sec.

 

 

Quels sont les points forts de ton projet qui pourraient faire la différence ?

Dans notre jardin, l’eau est utilisée, guidée, rationnalisée et devient l’élément clef du projet.
Originaire du sud de la France, nous sommes très sensibles à cet élément et en particulier au rapport de l’eau dans le jardin : en limitant l’apport en eau, en préservant cette ressource, en utilisant des végétaux adaptés et moins gourmands en eau, en proposant des alternatives au gazon.
Avec les effets du changement climatique, le phénomène s’accentue, les saisons sont de moins en moins marquées, les températures augmentent, les périodes de pluie deviennent plus courtes ou d’une violence extrême et dévastatrice.
Pour notre projet, en suivant et comprenant le cycle de l’eau dans la nature, notre parti pris est d’élaborer le jardin en se servant de l’eau et en imaginant une forme originale d’oasis du XXIIème siècle en considérant l’eau comme un trésor dans le jardin qu’elle façonne : une eau qu’on CAPTE / STOCKE / UTILISE, sans apport extérieur.

 

Y-a-t-il un message, un fil conducteur au centre de ton jardin ?

Vous l’aurez compris, le fil conducteur de notre projet est l’eau.
L’eau devient une denrée rare, précieuse, à économiser et à préserver absolument.
Ce projet a pour but de créer des nouvelles relations entre l’homme et les ressources naturelles dans le jardin.
Notre jardin amène une certaine réflexion contemporaine : au delà de la structure, des formes et des matériaux choisis, nous tentons d’aborder une thématique majeure, à enjeu environnemental.

 

Présentes-moi ton équipe pour le concours

 

Olivier LOUIS, Conducteur travaux.
Il gère le suivi technique et administratif d’une partie des chantiers, il est en charge de la gestion des équipes, du planning etc…
Il est le pivot entre la conception et la réalisation des projets.
C’est quelqu’un d’entier, qui partage sa bonne humeur et sait motiver les équipes. 

 

Nicolas CHASSAGNE, Chef de chantier.
Ses 17 ans d’expérience dans le domaine du paysage lui ont permis d’affronter de multiples situations sur chantiers, et de connaitre les aléas des différents types de travaux.
Il assure le bon déroulement des chantiers, le suivi opérationnel de certains chantiers, et gère l’encadrement du personnel de production.
Nicolas est une personne polyvalente et sait manager les équipes. 
Il a été l’instigateur de notre participation au concours, et a su partager sa motivation au reste de l’équipe.

 

 

Jérémy PRAT, Apprenti.
Il est l’un de nos apprentis.
Après l’obtention du BP menuisier, Jérémy décide de s’orienter dans le domaine du paysage, ce qui lui fait un cursus atypique.
Maintenant apprenti dans la société ASCO, il se montre motivé et consciencieux dans son travail.
Il est investi dans l’entreprise.

 

 


Grégory CACCIOTTO, Architecte paysagiste DPLG.
Commençant par un BTS AP, suivi d’un master, il a su développer des compétences techniques qu’il peut à présent associer à ses qualités d’architecte.
Partageant les mêmes valeurs, nous travaillons étroitement ensemble depuis plusieurs années.
Il intervient en amont du projet en apportant une sensibilité personnelle.

 

 

 

Jérémy PRAT, ton apprenti, fait partie de l’équipe du concours, pourquoi ce choix  ?

Nous avons fait le choix d’intégrer notre apprenti Jérémy dans un projet comme celui-ci, car c’est une belle opportunité que de participer à ce concours.
Et s’impliquer sur un projet de cette envergure lui aura permis de voir un chantier de la conception à la réalisation.

 

Ce « casting » a-t-il été guidé par l’affectif ? La stratégie ?

En réalité, la composition de l’équipe s’est présentée de manière évidente.
Nous avons réfléchi au rôle de chacun afin de mettre les compétences et les idées en commun.

 

Quelle est la grande force de ton équipe ?

Cette formation révèle un bel esprit d’équipe.
Nous pouvons également miser sur notre polyvalence.

 

 

Enfin, comment abordes-tu ce concours ?

En quelques mots : Challenge / Esprit d’équipe / Surpassement de soi.
C’est une petite équipe de 5 personnes qui est mise en devant, mais toute l’entreprise est motivée et impliquée dans ce défi du Carré des Jardiniers.
Cela nous permet de vivre une expérience commune et singulière.
Participer à ce concours nous permet de sortir du quotidien, de relever le défi d’imaginer et de réaliser un jardin éphémère dans un milieu clos mais qui peut être transposé et adapté dans un futur jardin en extérieur.

 

 


18/10/2021


Un évènement

salon Paysalia

 
En savoir plus sur le salon Paysalia

En co-production avec :

Les entreprises du paysage

 

PARTENAIRE OFFICIEL

Val'hor